L'aventure d'une autoconstruction basse consommation : quatrième partie

Une des difficultés auquelles nous avons été confrontés dans l'autoconstruction après le côté physique que demandent les efforts au quotidien a été de maîtriser tous les corps de métier et donc de trouver des informations fiables. Bien sûr, il y a internet mais, il y a toujours un mais, sur internet. Il faut trier les informations : entre ceux qui disent qu'ils ont mené le projet de A à Z et qui, finalement, lorsque l'on demande des informations, il s'avère que ces personnes n'ont finalement fait qu'une partie des travaux. Et puis, il y a des sites qui sont si peu pédagogues que parfois, on en sait encore moins après lecture des explications qu'avant d'avoir fait la recherche.

Heureusement, nous avons la chance d'avoir des voisins en or : toujours à donner des conseils sans en avoir l'air, à nous dire que sur certains chantiers ils ont vu telles ou telles astuces, etc...

 

Donc, aujourd'hui, voici la pose des pignons.

 

La première étape est celle de la pose des flèches qui permet de fixer la pente des toits : dans notre cas deux flèches ont été suffisantes (un par pignon) car le bâtiment est collé à un autre bâtiment déjà existant.

Pour réaliser une flèche, on se sert de tasseau muni d'une pointe. On place le tasseau au milieu du futur pignon à la hauteur souhaitée. La pente du toit est donnée par une corde (ou ficelle) que l'on fixe au clou du chevron et que l'on tend de part et d'autre du mur de l'habitation. Il ne reste qu'à monter en briques les pignons et à découper les briques avec la scie alligator, en suivant la corde.

 

 

 

 

 

Ensuite, pour mettre les pannes, il reste à creer des encoches dans les briques (et des trous dans la maison existante) et le tour est joué!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PROCHAINE ETAPE : LA TOITURE!

 

 

 

 



31/12/2012
11 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 183 autres membres