Primevères

Il n'y a pas une mais des primevères. Dans les prés, sur les talus, on les voit apparaître un peu avant l'arrivée même du printemps. 

Les primevères qui nous intéressent aujourd'hui sont bien évidemment les primevères officinales.  

Hildegarde de Bingen (1098-1179) remarquait déjà au moyen-âge dans son Jardin de santé que la primevère était un remède efficace dans les cas de mélancolie et de paralysie. Cette plante a également été utilisée pour ses vertus antibiotiques, expectorantes, laxatives et diurétiques, sédatives.  


 

Il n'y a pas de contre-indication connue à sa consommation, pour autant qu'elle soit ingérée en quantité raisonnable. 

 

Tout s'utilise dans les primevères :

  • les toutes jeunes feuilles (qui ne sont pas encore filandreuses ou dures) pour des soupes, potages ou des salades. Un peu poivrées et anisées, les feuilles laissent une agréable saveur en bouche. 

A l'état de pousses, on peut les faire cuire en les mélangeant avec d'autres plantes sauvages, dans des soupes.

Frits, les feuilles deviennent très croustillantes.  

les feuilles peuvent se préparer comme les épinards. 

 

  • Les fleurs donnent un joli côté aux plats de crudités et ajoutent une petite touchent sympathique dans les desserts (dans une salade de fruits ou sur une crème anglaise). Cristalliser dans du sucre, vous m'en direz des nouvelles sur une coupe glacée.
 
  • Les racines sont elles, réservées plutôt à l'usage médicinal, sous forme de décoction.

 

On trouve bien souvent des recettes de boisson (si quelqu'un reconnaît sa recette, dites-le moi pour que je cite la source). 

 

 

 

Thé de fleurs de primevère officinale :  


 

 

50 gr de fleurs sèches pour un litre  d'eau bouillante. 

 

 

Il se consomme froid voire glacé. Un petit verre avant le coucher aide à très bien dormir. 

 


 

 

Limonade de fleurs de primevère officinale :  

 

 

fleurs fraîches non serrées et non écrasées 

1L d'eau 

Jus d'un citron 

50 à 80 gr de sucre 


 

Remplir une bouteille avec un litre d'eau et des fleurs fraîches non serrées et non écrasées. Ajouter le jus d'un citron et le sucre cristallisé.  

Boucher bien la bouteille. 

Mélanger en la retournant et en secouant doucement.  

Placer la bouteille en plein soleil (pour que la fermentation opère). 

Après 24 heures, ouvrir et filtrer le mélange. 

A consommer bien frais et à conserver au frigo.  

 

 

 

 

Le "vin des cardiaques" 

 

50 gr de fleurs fraîches 

Vin blanc 

Un peu de miel liquide 

 

 

On utilisait autrefois ce vin parfumé pour combattre l'arythmie. 

Remplir avec 50 gr de fleurs fraîches une bouteille d'un litre et compléter avec du vin blanc et un peu de miel liquide.

Fermer la bouteille et laisser fermenter au soleil pendant deux semaines. Ouvrir puis filtrer.

Servir bien frais.

 

Ici, quelques fleurs de primevères dans une salade de pissenlits sur une crêpe de blé noire garnie

 

 

 

 

Et pour terminer, voici une recette de François Couplan 

 

Mousse de fleurs de primevère 

 

100 g de fleurs de primevère 

4 oeufs très frais 

100 g de sucre 

Jus d'1 citron 

 

 

 

Battre les jaunes d'oeufs avec le sucre jusqu'à ce que le mélange devienne mousseux, puis ajouter les fleurs de primevère détachées de leur calice hachées finement .  

 

Verser le jus de citron. 

 

Battre les blancs d'oeufs en neige bien ferme et les incorporer délicatement à la préparation précédente. 

 

Verser la mousse dans un plat assez profond, décorer de fleurs de primevère entières et servir immédiatement pour éviter que la mousse ne retombe. 


 

BON APPETIT ! 


 



06/04/2013
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 183 autres membres